• Pâtisseries pour brunch: 22.38$ (pas toutes mangées!)
  • Loterie: 1$
  • Bottes d’hiver: 155.19$
  • Total frivol: 23.38$ / 178.57$
  • Épicerie (4x): 69.73$

Bon, d’abord: l’épicerie. Je suis contente d’arriver à 200$ pour les deux dernières semaines avec un peu d’huile de coude – planification des repas, pas trop de dépenses insensées (on a surtout acheté des fruits & légumes frais et du lait) – mais en même temps, je trouve ça vraiment plate de compter mes cennes de même à l’épicerie. J’ai commencé à penser à des rapports « calories-coût-protéïnes » pis franchement, je pense que ça vire un peu trop à l’obsession. Je vais donc me dire de pas m’en faire tant que ça buste pas 150$, augmenter mon budget en conséquence, et faire juste un peu attention, pas trop. (Mais pendant que je vous ai, le yogourt normal et le fromage cottage ont des meilleurs rapports CCP – ça va pogner, je vous dis – que le yogourt grec.)

Mais à part ça, vous avez peut-être remarqué que j’étais pas sûre de ma shot, drè là, avec mes frivolités! 23$ versus 178$, Mireille, il y a comme une petite variation dans tes totaux! Ladite variation m’a d’ailleurs causé bien de la culpabilité. C’est que voyez-vous, on a un hiver bien bizarre. La neige est mouillée, il pleut, ça regèle, bref. Jeudi, les rues n’étaient que rivières et lacs. Pis moi, ben, je marche pour aller travailler. Et mes bottes – des Merrell, plutôt bonnes, que ma mère m’avaient données parce qu’elles lui faisaient pas bien, en janvier 2014, un jour que le zipper de mes bottes précédentes m’avait lâché dans ma marche matinale vers le travail – ben, elles prennent l’eau. C’était pas si pire quand c’était juste la neige fondante sur le dessus qui mouillaient légèrement mes bas après quelques minutes à l’intérieur… mais là, le feeling de marcher sur une serviette sanitaire tombée dans la toilette, pis les bottes qui empestent mon bureau, pis l’obligation de traîner 2-3 paires de bas d’extra, ça m’a comme donné un petit ras le bol.

Malgré tout, malgré que ça n’aurait eu aucun sens de « toffer » mes bottes finies jusqu’à la fin de l’hiver, pour en acheter des nouvelles à plein prix dans six mois, alors que toutes les ventes trottoir me tendaient les bras… j’ai eu de la culpabilité en maudine. Ça allait bien, mon 40$ par semaine! J’avais pas pantoute 100+ dollars dans mon compte de futileries! Qu’est-cé j’allais dire sur mon blogue (à mon unique lecteur qui partage aussi ma maison et mon mariage)? Comment ça que y’a toujours QUEQ CHOSE?!

J’ai quand même passé par-dessus ma culpabilité, j’ai magasiné et fouillé les critiques de plein de marques pendant mes pauses au travail, j’ai fait trois magasins et j’ai finalement jeté mon dévolu sur des bottes Sorel, réduites deux fois, de 220$ à 155$ (ce dernier prix incluant les taxes!). Je sais que depuis que Sorel a été acheté, la qualité a descendu et c’est fait en Chine. J’ai pas acheté ma dernière paire de bottes, comme j’ai dit plus haut, mais les 2-3 paires d’avant, c’était des Saute-Mouton. Elles sont belles. Elles sont chaudes et comfortables. C’est une compagnie qui est pas juste du Québec, mais de Québec. Mais on aurait dit que j’arrivais pas à me justifier de payer plus de 200$ pour une paire de bottes, déjà qu’il fallait me faire violence pour en acheter une tout court. Pis aussi, vu l’état océanique de mon quartier, le caoutchouc de la Sorel me semblait quand même plus approprié que les belles matières des Saute-Mouton, même si celles que j’ai eu n’ont jamais pris l’eau!

Les bottes en question.

Les bottes en question.

Ça va me permettre de faire un test, en plus, comme c’est la première fois que je note précisément date et prix d’achat. Espérons que j’aurai pas à dépenser 155$ l’an prochain parce que j’ai pas payé plus cher pour quelque chose de plus durable. En attendant, cette paire est quand même supposée être garantie un an. Pis elle est belle (et elle s’appelle Winter Fancy, wow, c’est moi ça, fancy). J’ai fait environ 30 000 pas avec, pis mes pieds sont au sec. Et satisfaits.

J’ai quand même rajouté une ligne qui dit « Y’A TOUJOURS QUEQ CHOSE » dans mon budget mensuel. (Bon, ça dit « Autres ». Mais c’est ce que ça veut dire.)

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on TumblrPin on PinterestEmail this to someone